20 décembre 2017

À la découverte du saumon d’élevage


D’un océan à l’autre, les travaux de Louis Bernatchez, professeur de biologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique et conservation des ressources aquatiques, ont tout pour plaire aux amateurs de pêche sportive.

Dans un article du journal Le Devoir, ainsi que dans un article du magazine The Scientist, on apprenait qu’une récente étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, dirigée par le professeur Bernatchez, permet de mieux comprendre pourquoi les saumons coho élevés en captivité dans les rivières de la Colombie-Britannique ont un taux de survie moindre que les populations sauvages. À terme, les résultats de cette étude devraient faire évoluer les pratiques des éleveurs dans le but d’atteindre un taux de survie similaire et ainsi accroître l’éthique de la pratique.

De ce côté-ci du continent, une autre équipe dirigée par M. Bernatchez a croisé quatre décennies de données sur l’ensemencement d’omble de fontaine (truite mouchetée) dans des lacs de certaines réserves fauniques avec des analyses génomiques des poissons de ces lacs. Leurs résultats montrent qu’après un certain nombre d’années, les truites mouchetées peuvent retrouver leur génétique originale après l’arrêt des ensemencements. Pour une bonne vulgarisation de cette étude parue dans Evolutionary Applications, nous vous invitons à lire l’article « Born to be wild » paru dans Le Fil.