30 juillet 2018

Au cœur de la forêt boréale, les gélivasques


Quand on pense aux forêts boréales, on a en tête des étendues denses, touffues et verdoyantes. Pourtant, selon Serge Payette, professeur de biologie et conservateur de l'Herbier Louis-Marie, 50% de la forêt boréale est en réalité une forêt boréale ouverte, caractérisée par un couvert arborescent clairsemé et par l’abondance de lichens. Ce milieu réagit très différemment de la forêt boréale dite fermée à l’absorption et la dispersion des rayons lumineux: contrairement à cette dernière, il s’agit d’un redoutable générateur de froid. On y trouve même des gélivasques, des dépressions couvertes de lichens où les conditions sont encore plus froides.

Dans l’article «Un tapis réfrigérant» publié par Le Fil, vous pourrez prendre connaissance des résultats d’une recherche du professeur Payette, publiée dans la revue Forest Ecology and Management, quant aux températures enregistrées dans ces écosystèmes.

Nous vous invitons aussi à lire l'article «L’effet réfrigérant des lichens» publié par Le Devoir.

Bonne lecture!