05 février 2020

Cap sur les écosystèmes côtiers et activités portuaires, industrielles et maritimes

L'Université Laval, l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail et le Port de Sept-Îles ont procédé au lancement d'une Chaire de recherche portant sur ces domaines.

Photo: Port de Sept-îles

La Chaire de recherche sur les écosystèmes côtiers et les activités portuaires, industrielles et maritimes a été lancée ce mercredi 5 février, en collaboration avec l’Université Laval, l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST) et le Port de Sept-Îles. L’événement a eu lieu en présence de la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, et du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale suppléant, Jonatan Julien.

Cette chaire aura pour mission d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes côtiers en zones industrielles et portuaires dans le but de déterminer les pratiques qui assureront une gestion durable de ces environnements.

«On estime que les régions côtières assurent plus des trois quarts de la valeur économique des services écosystémiques mondiaux, c’est-à-dire les bénéfices que procure un écosystème aux populations humaines, notamment par le biais de l’industrie de la pêche, du tourisme, du transport ou de la protection contre les inondations», explique Philippe Archambault, professeur au Département de biologie et l’un des initiateurs du projet. «Pourtant, il existe encore peu de données sur ces environnements, d’où la nécessité de mettre en place une structure de recherche qui nous permettra de mieux comprendre les interactions complexes qui s’y déroulent.»

Plus précisément, les objectifs de la Chaire seront de:

  • Mesurer l’empreinte des activités humaines associées aux zones industrielles et portuaires
  • Décrire et quantifier les effets de ces activités sur différents secteurs du littoral
  • Concevoir des méthodes et des outils permettant de distinguer les principaux changements environnementaux naturels de ceux associés aux activités humaines
  • Conseiller et accompagner les organisations dans la planification et la mise en place de solutions durables d’adaptation aux problématiques qui auront été déterminées

Pour connaître tous les détails, nous vous invitons à lire la suite de l'article sur ULaval nouvelles.