12 mars 2019

De nouvelles espèces de levure évoluent par hybridation répétée

Une hybridation de deux croisements d’une même levure vient d’être étudiée sur le vif par l’équipe du professeur Christian Landry.

L’arbre-levure» est un dessin à la craie sur tableau noir réalisé par Jean-Baptiste Leducq dans lequel chaque élément de l’œuvre a la forme d’une levure. D’ailleurs, les souches de C. paradoxus étudiées par Christian Landry vivent sur l’écorce des érables et des chênes ainsi que dans les sols des forêts où poussent ces arbres.

Les biologistes disposent de peu de connaissances concernant la façon dont les espèces microscopiques comme les levures naissent au cours de l’évolution. Dans un article publié il y a 3 ans dans la revue Nature Microbiology, Christian Landry, professeur aux départements de Biologie et de Biochimie, microbiologie et bio-informatique, et son équipe ont démontré que ces espèces peuvent apparaître rapidement par hybridation entre espèces déjà bien établies. Or, à l’époque, l’équipe ne pouvait savoir s’il s’agissait d’un événement rare ou si ce genre d’événement pouvait se répéter dans le temps. Une nouvelle hybridation de 2 croisements d’une même levure vient d’être étudiée sur le vif par son équipe et vient d’être rapportée dans la revue Nature Communications. Ces travaux ont démontré que les espèces hybrides peuvent aussi engendrer de nouvelles espèces par hybridation et qu’à chaque fois l’hybridation produit de la diversité qui peut mener à la formation d’espèces.

Ces découvertes ont été faites par l’analyse de génomes de plus de 300 souches de levure récoltées dans les forêts de l’Amérique du Nord.

Nous vous invitons à lire l’article vulgarisé «Ça brasse chez les levures» du Fil à ce sujet ou encore l’article original paru dans Nature Communications.