05 novembre 2018

L’orignal, maître des forêts boréales


Crédit photo: Ryan Hagerty - USFWS

Laurent De Vriendt, doctorant en biologie sous la direction du professeur Jean-Pierre Tremblay, s’intéresse aux effets du broutement des orignaux sur leur environnement. Avec des collègues de la Norwegian University of Science and Technology et du Norwegian Institute for Nature Research, il vient de faire paraître une recherche qu’ils ont menée en Norvège sur l’état de milieux protégés de l’appétit des élans – proches cousins de l’orignal. À l’aide d’exclos (l’enclos vise à garder une population à l’intérieur d’un périmètre, l’exclos, à l’extérieur), les chercheurs ont ainsi pu comparer la biodiversité d’un milieu protégé et d’un milieu brouté. Ils ont observé que la flore est beaucoup plus riche en biodiversité dans les espaces protégés qu’elle ne l’est à l’extérieur du périmètre.

Laurent De Vriendt et Jean-Pierre Tremblay mènent des recherches similaires sur l’orignal au Québec. Pour en apprendre plus, lisez l’article «Abracadabra!» publié par Le Fil.

Pour lire la recherche complète – Pervasive moose browsing in boreal forests alters successional trajectories by severely suppressing keystone species – rendez-vous sur le site de la revue Ecosphere.

Crédit photo: Laurent De Vriendt